• Michel Bénard* J.F. Dussottier

     

     

     

    Michel Bénard

    Michel  Bénard

     

    RECENSION/POÉSIE

    Michel Bénard

     RECENSION DU RECUEIL "TI AMO"

     

    Comme une larme d’émois

    Perle sur la joue,

    Ce poème très humblement

    Sera dédié à l°inconnue, à l’anonyme,

    A l’éternelle première,

    Au mystère de la femme

    En mémoires du mythe indéfini.

    Les mots n’y seront pas choisis,

    Ils s’offriront naturellement

    Pareils au vent qui court

    Dans la montagne,

    Caresse les campanules,

    Rafraichit les corps pris

    Dans l'extase des jeux d’amour.

    Femme comme une invitation

    A la tendresse, aux extrêmes embrasements,

    Cris qui offre la vie et déchire la nuit.

    Femme bourgeon d’émotion,

    Génitrice de passion, mémoire gravée

    Sur tous les plus fabuleux mausolées.

    Femme souffle précurseur

    De l’image d’un paradis,

    Jamais très éloignée des tourments de l°enfer.

    Femmes éveillant en nous

    Le rêve et le mystère.

    Tendresse, pulsion, violence,

    Tout n’est plus que confusion,

    Tout devient fusionnel,

    Seul l’amour en sort victorieux.

    Femme effleurement de l’acte suprême,

    Chant de l’essentiel,

    En toi tout du cœur se consume,

    Tout s’y résume.

    Femme en toi je vis la passion

    La montée du Carmel,

    Je réinvente les vestiges

    De l’amour bâtisseur ou destructeur.

    Femme souffle d’infini,

    Me voici mendiant

    Du miel salé de tes lèvres.

    Femme conquérante par le sang de la vie

    Je m’inspire de ta nudité,

    De l’orbe de tes seins,

    De la courbe de ton ventre.

    J’effleure l’énigme de ta vulve

    Nacre précieuse de l'intime

    Où se perdent mes écumes.

    Femmes je te vois éternelle offrande,

    Je me fonds en toi, j’exulte,

    J’oublie le vrai du faux,

    Le bien du mal,

    Ma vie se dérègle, se désoriente,

    Ignore toute logique.

    Femme dont le seul parfum

    Me met le cœur en liesse, éveille mes sens

    Femme pour toi j’érige

    L’autel lacté de mes voluptés.

     Michel Bénard.

     

     

     

    « Giovanni DotoliSyracuse »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    JCD.
    Lundi 15 Août 2016 à 09:52

    Un suave poème d'amour en guise de recension pour un livre d'amour à découvrir...

    La fusion est au rendez-vous.

    Érotisme authentique

     



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :